Qui suis-je ?

communiquez vivez qui suis je
Avril 2018, quelque part dans le nord de l’Argentine. Je suis assis, heureuse­ment. Une vidéo YouTube me fait l’effet d’une bombe. Je viens de regarder la con­férence TED de Robert Waldinger, et ce psy­cho­logue de l’Université d’Harvard a mis seule­ment 15 min­utes pour me faire totale­ment revoir ma notion de bon­heur. Avoir de bonnes inter­ac­tions sociales et bien com­mu­ni­quer serait le meilleur moyen d’être heureux… et de vivre en bonne san­té ! Wait, what ?

Je m’appelle Meh­di, j’ai 34 ans, et j’ai décidé d’être proac­t­if pour mieux com­mu­ni­quer et être plus heureux.

Com­mu­niquez Vivez, c’est l’histoire d’une pas­sion qui n’en était pas une : la com­mu­ni­ca­tion. Je vous ai per­du ? Petit retour en arrière !

Les errances de débutant

Depuis mon ado­les­cence, les inter­ac­tions sociales et la com­mu­ni­ca­tion sont par­ti­c­ulière­ment impor­tantes pour mon épanouisse­ment per­son­nel. J’ai tou­jours eu besoin de me sen­tir entouré, aimé. Au point de par­fois faire les choses de tra­vers.

Ma solitude d’étudiant

J’avais 18 ans, dans ma cham­bre d’étudiant de Greno­ble. Mon colo­cataire était de sor­tie. Pas d’internet à l’époque, pas de smart­phone non plus, et pas de petite amie (snif!). Les copains trop occupés à révis­er pour sor­tir. Ce soir là je me suis sen­ti si seul que j’ai décidé de pren­dre le tram juste pour voir du monde. Un aller-retour jusqu’au ter­mi­nus, ça paraît telle­ment ridicule avec le recul.

Et pour­tant, je me sou­viens encore de cette femme. Je ne dis­ais rien, j’observais le monde. Elle était assise en face de moi et jouait avec le pierc­ing qu’elle avait sur le nez. Elle s’est lev­ée pour descen­dre à la prochaine sta­tion et m’a regardé avec un immense sourire. Ce sourire a fait ma soirée (peut-être même ma semaine). Ce n’était rien de plus qu’un échange sincère, spon­tané, qua­si-instan­ta­né, mais cette inter­ac­tion sociale m’a apporté un bon­heur sincère. C’était mon pre­mier pas vers la com­préhen­sion de l’importance des inter­ac­tions sociales.

Le jour où j’ai confondu interaction sociale et sauvetage social

confondre interaction sociale et sauvetage socialQuelques années plus tard, il m’est venu un besoin incon­scient que j’ai mis bien longtemps à iden­ti­fi­er (et à bal­ay­er). Le besoin d’aider l’autre. C’est aller telle­ment loin que je me suis par­fois accroché à des rela­tions comme on traîne un boulet. Vous savez, ces rela­tions avec ceux qui ne veu­lent pas être sauvés, ces gens qui se com­plaisent finale­ment dans leur mal­heur. J’étais pour­tant per­suadé d’être l’ami prov­i­den­tiel. Sans doute un besoin de recon­nais­sance sociale quelque peu déplacé. En m’entêtant dans ces rela­tions, j’ai fait souf­frir beau­coup de proches et j’ai fail­li per­dre cer­tains de mes amis les plus chers. Je me suis bien plan­té. Deux­ième pas (de tra­vers) vers la com­préhen­sion de l’importance de la qual­ité des inter­ac­tions sociales.

La communication au coeur de mon quotidien

Mais tout ça, c’était avant !

Mon plus grand bonheur

Ces erreurs n’enlèvent pas ce qui fait que je me sens par­ti­c­ulière­ment épanoui dans ma vie. Je peux compter sur une famille aimante et de nom­breux amis sincères. Par­fois, les gens qui appren­nent à me con­naître sont sur­pris du nom­bre d’amis sur lesquels je peux compter. Et ne vous méprenez pas, j’entends par “amis” des gens que je peux appel­er 24h/24 parce que ça ne va pas, et inverse­ment ! Cette richesse, je me rends compte que je l’ai finale­ment con­stru­ite en dévelop­pant incon­sciem­ment des principes de com­mu­ni­ca­tion bien­veil­lante et des actions gag­nantes.

Le sourire, arme de construction massive

Sou­vent, on remar­que d’abord mon sourire (même avant mon gros nez !). Le jour où j’ai ren­con­tré celle qui allait devenir ma femme, elle m’a dit que j’étais bizarre parce que je souri­ais trop. Elle a ensuite com­pris que c’était ma manière d’être naturelle. Le sourire, c’est le pre­mier lien social bien­veil­lant que l’on a avec une per­son­ne, avant le pre­mier mot, avant le pre­mier con­tact physique. Je l’ai com­pris tard, mais le sourire, c’est une arme de con­struc­tion mas­sive !

le sourire comme arme de construction massive

Ma prise de conscience : les bienfaits d’une communication saine et riche

Retour en 2018. Je réalise un rêve de gamin : je voy­age autour du monde ! J’ai du temps pour moi, et je mets un pied dans le développe­ment per­son­nel au tra­vers de con­férences géniales sur YouTube et de livres extrême­ment bien écrits. Je prends con­science que j’applique déjà de nom­breuses méth­odes de com­mu­ni­ca­tion effi­cace sans en avoir con­science.

La con­férence de Robert Waldinger (dont je vous par­le plus en détails dans mon arti­cle Com­mu­ni­quer : la meilleure manière d’être plus heureux ?) me fait com­pren­dre à quel point mon bien-être per­son­nel et pro­fes­sion­nel est lié à la qual­ité et la fréquence de mes inter­ac­tions sociales. Je lis plus, je regarde plus de con­férences. J’en par­le autour de moi et je me rends compte que beau­coup d’entre vous sont très intéressés par ce sujet mécon­nu en France. La fameuse pas­sion qui n’en était pas une se révèle : l’envie de partager avec vous les bien­faits des liens soci­aux dans la vie de tous les jours.

lien social et communication : clé du bonheur

La génèse de Communiquez Vivez

C’est ain­si que j’ai décidé de créer ce blog. Il a pour voca­tion de partager avec vous mes décou­vertes, mes lec­tures, mes avancées. Je suis per­suadé que notre épanouisse­ment per­son­nel passe par une prise de con­science qu’une bonne com­mu­ni­ca­tion est la clé d’une vie heureuse. Mon objec­tif est de vous pro­pos­er, au fil de mes arti­cles :

  • des solu­tions pour vous aider à dévelop­per des inter­ac­tions sociales épanouis­santes.
  • des out­ils que je mets en oeu­vre pour vivre plus heureux en inter­agis­sant mieux.
  • des con­cepts per­me­t­tant de com­pren­dre l’importance de la com­mu­ni­ca­tion dans nos vies quo­ti­di­ennes.
  • des défis réguliers pour vous aider à vivre mieux au quo­ti­di­en.
  • des chroniques à pro­pos de livres géni­aux pour s’épanouir per­son­nelle­ment et pro­fes­sion­nelle­ment.
  • un accom­pa­g­ne­ment per­son­nel en répon­dant aux ques­tions que vous me lais­serez en com­men­taire.

 

Voilà, pourquoi j’ai créé Com­mu­niquez Vivez. Vous savez (presque) tout !

 

Vous avez envie de vivre l’aventure avec moi ? N’hésitez pas à vous abon­ner à mon blog (c’est dans la colonne juste à droite). Vous serez ain­si tenus infor­més dès la sor­tie d’un nou­v­el arti­cle.

Partagez cet arti­cle
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •