11 conseils que nous devrions tous recevoir pour avoir des conversations de qualité

11 conseils que nous devrions tous recevoir pour avoir des conversations de qualité

21 juin 2018 0 Par Mehdi

Avoir de la con­ver­sa­tion, ça paraît sim­ple, presque inné : on par­le, on se tait, on laisse par­ler l’autre. Basique. Pour­tant, avoir un échange enrichissant avec qui que ce soit, ce n’est pas si évi­dent.

Ce qui nous car­ac­térise en tant qu’humains, c’est la parole. La com­mu­ni­ca­tion ver­bale, notre capac­ité à nous faire com­pren­dre avec des mots qui retran­scrivent nos pen­sées, est notre plus grand atout. Mais aujourd’hui, on dis­cute de plus en plus par tech­nolo­gie inter­posée et de moins en moins face à face. Ain­si, on développe moins nos com­pé­tences en com­mu­ni­ca­tion inter­per­son­nelle. Pour­tant com­mu­ni­quer est une porte ouverte vers plus d’épanouissement per­son­nel, une con­ver­sa­tion épanouis­sante en est la clé.

Chaque con­ver­sa­tion que l’on a avec une nou­velle per­son­ne est un lien qu’on établit. Il ne tient alors qu’à nous de ren­forcer ce lien en mul­ti­pli­ant les échanges. Pensez un peu : cha­cun de vos amis a d’abord été un étranger avec qui vous avez créé un pre­mier lien, infime, en lui adres­sant une pre­mière fois la parole.

Il faudrait une ency­clopédie pour “par­faite­ment” appren­dre l’art de la con­ver­sa­tion, mais ces 11 con­seils vous per­me­t­tront de com­mencer à amélior­er votre capac­ité à avoir des inter­ac­tions de qual­ité et à plus vous épanouir dans votre rap­port aux autres.

Les 11 conseils indispensables pour avoir de la conversation et des échanges de qualité

1- Soyez curieux

Cha­cun d’entre nous est unique. Même votre coif­feur ou votre chauf­feur de taxi a un vécu, une his­toire qui lui est pro­pre. Vous êtes vous déjà demandés d’où ils vien­nent ? Pourquoi ils ont choisi de faire ce méti­er ? Ce qui, ce matin, leur a don­né le sourire qu’ils affichent tout au long de votre échange ? Imag­inez tout ce que les gens qui vous entourent pour­raient vous appren­dre. Durant mon voy­age autour du monde, j’ai ren­con­tré des gens excep­tion­nels :

  • un pho­tographe français, amoureux de la Bir­manie. Il explore ce pays de fond en comble à la recherche de por­traits d’ethnies mécon­nues.
  • une phar­ma­ci­enne cam­bodgi­en­ne qui a fuit le régime des Khmers Rouges en se cachant dans l’ambassade française, puis en France. Elle est rev­enue dans son pays pour ouvrir une école de pâtis­serie et for­mer les jeunes filles issues de quartiers défa­vorisés.
  • une cadre sup’ aus­trali­enne qui a ouvert la toute pre­mière lai­terie du Laos, juste parce qu’elle était en manque de fro­mage dans ce pays qui ne pro­duit aucun pro­duit laiti­er.
  • un élec­tricien argentin qui passe son temps libre à inter­venir auprès d’enfants hos­pi­tal­isés afin d’embellir leur quo­ti­di­en.
  • un restau­ra­teur indi­en qui n’a pas grand chose pour vivre mais qui illu­mine son quo­ti­di­en d’une telle joie qu’on retrou­ve son bon­heur et son amour de la vie dans cha­cun de ses plats.
  • un jeune écol­i­er indi­en qui a décidé de se sor­tir les doigts du c** et d’arrêter de zon­er dans les rues avec ses amis pour appren­dre l’anglais et réalis­er son rêve : devenir pilote de ligne.

Ces gens m’ont tous apporté d’incroyables leçons de vie et des échanges absol­u­ment mag­iques. Cer­tains sont devenus des amis, les autres me lais­seront un sou­venir impériss­able. Pour­tant, ce ne sont, à pre­mière vue, qu’un pho­tographe, une phar­ma­ci­enne, un élec­tricien, un écol­i­er… Et si votre coif­feur avait quelque chose d’incroyable à vous offrir ?

Con­seil n°1 : Com­mencez chaque con­ver­sa­tion avec l’envie d’apprendre quelque chose.

2- Evitez les banalités

Sou­vent, les dis­cus­sions que l’on a avec des incon­nus ou des proches sem­blent suiv­re un sché­ma pré-établi un peu triste. On par­le de la météo, des dernières actu­al­ités… Trou­vez-vous sincère­ment ces sujets de con­ver­sa­tion exci­tants ? Bien sûr que non. Mais nous aimons la facil­ité et nous nous con­tentons sou­vent du plus petit dénom­i­na­teur com­mun que nous avons avec notre inter­locu­teur : les banal­ités. Com­ment voulez-vous appren­dre quelque chose de quelqu’un en échangeant des infor­ma­tions que vous pour­riez trou­ver sur Google ou sur son pro­fil LinkedIn ?

Pour­tant, une étude du très sérieux Jour­nal of Psy­cho­log­i­cal Sci­ence mon­tre qu’avoir moins de con­ver­sa­tions banales et plus d’échanges sub­stantiels affecte pos­i­tive­ment le bien-être per­son­nel (arti­cle en anglais dont je vous pro­pose une tra­duc­tion ici). Et ce même si les con­ver­sa­tions sub­stantielles ne sont pas tou­jours agréables ou pos­i­tives. Quel que soit le fond, elles appor­tent tou­jours plus de sens et d’importance à nos vies.

Con­seil n°2 : Allez au-delà des infor­ma­tions que vous pour­riez trou­ver sur le pro­fil Face­book de votre inter­locu­teur.

Pour une conversation de qualité, évitez les banalités

3- Ne soyez pas multitâches

Tout est dans le titre. Notre capac­ité de parole est d’environ 225 mots par minute, notre capac­ité d’écoute dépasse les 500 mots par minute. Du coup, notre cerveau comble le vide : on tapote sur notre smart­phone, on lit quelque chose, on observe l’environnement ou on pense à ce qu’on fera plus tard. Être entière­ment, totale­ment dans une con­ver­sa­tion demande un effort de con­cen­tra­tion, mais ça fait toute la dif­férence. Si une pen­sée passe dans votre tête, lais­sez la pass­er (avec bien­veil­lance 😉 ) et recon­cen­trez-vous sur la con­ver­sa­tion.

Con­seil n°3 : Ne faîtes pas plusieurs choses à la fois, restez dans le moment présent. 

4- Soyez (gentiment) indiscrets

On aime tous avoir des con­ver­sa­tions dans lesquelles on se sent engagés, inspirés, pen­dant lesquelles on a créé un vrai lien. Le meilleur moyen d’y arriv­er, c’est de pos­er des ques­tions per­son­nelles : “D’où viens-tu ?”, “Qu’est-ce qui te rend le plus fier ?”, “Pourquoi as-tu changé d’avis à pro­pos de tel sujet ?”. N’ayez pas peur, vous n’imaginez pas à quel point les gens adorent par­ler d’eux-mêmes !

Con­seil n°4 : Intéressez-vous sincère­ment aux per­son­nes que vous avez en face de vous.

5- Posez des questions ouvertes

Il n’y a rien de pire que de pos­er des ques­tions fer­mées pour clore une con­ver­sa­tion. Si je peux répon­dre par “oui” ou “non”, pourquoi en dirais-je plus ? Pos­er des ques­tions ouvertes, c’est s’autoriser à aller bien plus loin dans l’échange et de pou­voir mieux rebondir.

Inter­dis­ez-vous égale­ment autant que pos­si­ble les ques­tions “Ca va ?” et “Com­ment ça va ?” sans rien ensuite. Il y a de grandes chances pour que la réponse soit “Oui.”, “Non.”, ou “Ca va mer­ci, et toi ?” : aucun intérêt. Adoptez plutôt, par exem­ple : “Ca va ? Com­ment s’est passé ton week­end ?” ou mieux encore “Ca va ? Qu’as tu fait de ton week­end ?”. Rebondis­sez !

Con­seil n°5 : Com­mencez autant que pos­si­ble vos ques­tions par qui, quoi, quand, , com­ment, ou pourquoi.

11 conseils pour avoir des conversations de qualité

6- Epargnez les détails

Rien n’est plus bar­bant que les 5 sec­on­des pen­dant lesquelles Papi cherche à se rap­pel­er de la date pré­cise à laque­lle il a ren­con­tré Mamie. La majorité des per­son­nes avec lesquelles vous allez inter­a­gir se fichent des dates, des noms, etc. Si ça les intéresse, elles vous deman­deront spon­tané­ment ces détails. Par con­tre toutes ou presque s’intéressent à vous, à qui vous êtes, à ce que vous pou­vez avoir en com­mun, ou à ce que vous pou­vez leur appren­dre qui les enrichi­ra. Con­cen­trez-vous sur ce qui apporte une valeur ajoutée à votre audi­toire. Gilles d’Archambault dis­ait “La con­ver­sa­tion est un art dif­fi­cile, il faut savoir être économe”.

Con­seil n°6 : Soyez con­cis.

7- Ne faites pas votre promotion personnelle

Il n’y a rien de pire que quelqu’un qui ramène con­stam­ment l’attention sur lui. Si quelqu’un vous par­le de quelque chose qu’il a vécu, ne ramenez pas la con­ver­sa­tion à un de vos vécus sim­i­laires et per­son­nels. Ce que cette per­son­ne dit n’est pas à pro­pos de vous et vous n’avez pas le droit de lui pren­dre ce moment pour met­tre votre expéri­ence en avant, si douloureuse ou incroy­able soit-elle. Ecoutez, lais­sez la per­son­ne s’ouvrir et, à la fin, dites éventuelle­ment que vous com­prenez parce que vous avez vécu quelque chose de sim­i­laire. Si cette per­son­ne a envie d’en savoir plus, elle vous le deman­dera. Ce sera alors à votre tour de par­ler de vous.

Con­seil n°7 : Ne vous com­parez pas sys­té­ma­tique­ment.

8- Soyez dans l’échange, pas dans la démonstration

Conversation de qualité si échange plutôt que démonstrationSi votre but est d’imposer votre opin­ion sans pos­si­bil­ité d’échange ni de débat : écrivez ! C’est pour ça que la plu­part des débats poli­tiques sont insup­port­a­bles. Les pro­tag­o­nistes sont là pour impos­er leurs idées, ils n’écoutent pas, ne débat­tent pas. Et pour para­phras­er le thérapeute Scott Peck : “Vrai­ment écouter, c’est par­fois met­tre de côté ses opin­ions”.

Au con­traire, deman­dez aux gens leur avis. Tout le monde a des opin­ions sur tout, et tout le monde veut les partager. Evidem­ment, évitez d’attaquer d’emblée avec une ques­tion dif­fi­cile, ça peut être intim­i­dant. Préférez “As-tu vu le dernier film de tel réal­isa­teur ? Qu’en as-tu pen­sé ?” plutôt que “Quelle est ta posi­tion con­cer­nant le con­flit éco­nom­i­co-com­mer­cial sino-améri­cain ?”.

Con­seil n°8 : Deman­dez des opin­ions et ne don­nez pas de leçons.

9- Evitez de prendre votre interlocuteur à contre-pied

- “Salut, je viens de Paris, et toi ?”
— “Je viens d’Angers. Je déteste Paris.” — fin.

Evitez d’attaquer une con­ver­sa­tion en étant négatif. Il n’y a rien de pire pour la clore aus­si sec. For­mulez, argu­mentez, restez ouverts, même dans vos désac­cords.

Con­seil n°9 : Ne braquez pas vos inter­locu­teurs, trou­vez-vous plutôt des points com­muns.

10- Prenez le temps de respirer

Avez-vous déjà par­ticipé à une con­ver­sa­tion avec quelqu’un qui par­le pour combler les vides ? Epuisant n’est-ce pas ? Les silences nous per­me­t­tent de nous ressourcer et, la plu­part du temps, un silence redy­namise un échange qui s’essouffle. En plus, il paraît que les silences per­me­t­tent d’avoir l’air plus intel­li­gent 😉

Con­seil n°10 : Autorisez les silences.

11- Ne forcez pas les signaux

On vous l’a sou­vent répété : pour mon­tr­er à quelqu’un qu’on l’écoute, il faut penser à hocher la tête, à ne pas oubli­er de le regarder dans les yeux, de par­fois répéter ce que vous venez d’entendre pour mon­tr­er que vous avez bien com­pris. Foutais­es !
Vous n’avez aucune rai­son d’apprendre com­ment mon­tr­er que vous êtes atten­tifs si vous êtes vrai­ment atten­tifs.

Con­seil n°11 : Restez vous-même, n’en faites pas trop pour mon­tr­er que vous êtes atten­tifs.

Bonus : le conseil ultime pour avoir des conversations enrichissantes

Con­seil ultime : Ecoutez !

Ecoute active égale conversation de qualitéEt si vous deviez n’en retenir qu’un, c’est celui là. Ecoutez ! Mais écoutez pour com­pren­dre ce que veut vous dire la per­son­ne que vous avez en face de vous, n’écoutez pas pour répon­dre. C’est la clé d’une con­ver­sa­tion enrichissante.

Ce con­seil est telle­ment impor­tant que je vous pro­pose une série d’articles dédiée à l’écoute. Cliquez ici pour décou­vrir le pre­mier.

 

 

******

 

Si vous ne deviez retenir que trois principes de base pour avoir de la con­ver­sa­tion avant d’assimiler petit à petit ces 12 con­seils, ce sont ceux-ci :

  • Oui, les banal­ités sont néces­saires.
    Elles met­tent à l’aise les inter­locu­teurs et per­me­t­tent d’engager cer­taines dis­cus­sions. Mais il faut arriv­er à s’en extraire pour abor­der des sujets plus pro­fonds.
  • Chaque être humain a une his­toire.
    Imag­inez-vous dans une immense librairie con­tenant plus de 7 mil­liards d’ouvrages. On ne prend jamais de plaisir et on n’apprend jamais rien en ne lisant que les titres et les résumés. Nous ne sommes pas des ver­sions abrégées.
  • Ecouter active­ment et être curieux sont les bases d’un échange riche.
    Ce qu’on peut appren­dre de quelqu’un peut chang­er la tra­jec­toire de nos vies. Il suf­fit de se dire que chaque per­son­ne que l’on croise peut nous aider à devenir meilleurs.

 

Un petit change­ment d’intention peut nous aider à avoir des échanges nous amenant à créer des liens soci­aux forts et à nous ouvrir à un monde nou­veau et enrichissant.

J’ai décidé d’être plus curieux et de pos­er plus de ques­tions ouvertes et per­son­nelles pour que mes échanges s’enrichissent. Et vous, quelle est votre pre­mière réso­lu­tion ? Sur quel(s) point(s) allez-vous tra­vailler ? Partagez les avec moi en com­men­taire et dites-moi ce que ça vous aura apporté quand vous obtien­drez vos pre­miers résul­tats.


Cet arti­cle s’appuie sur 3 con­férences TED par­ti­c­ulière­ment enrichissantes :

 

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­erEnreg­istr­erEnreg­istr­erEnreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­erEnreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Enreg­istr­erEnreg­istr­er

Partagez cet arti­cle
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    15
    Partages
  • 15
  •  
  •  
  •  
  •